PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT PERSONNEL EN LIGNE

Par exemple, il est inutile de suivre le programme « argent » qui est un programme axé sur le donné-recevoir,  si l’on a peur de recevoir,  parce qu’on a été maltraité, humilié,  ou trahi par un parent ou des adultes, et qu’on est incapable de s’ouvrir, ou que l’on a peur de donner par peur de manquer, ou que l’on donne par besoin d’amour car on est abandonnique, par exemple.

Un exemple concret concernant l’équilibre dans  le donner recevoir lié à l’argent :

Il est évident que les abandonniques et dépendant, en recherche de sécurité, d’amour, d’approbation, constituent des proies de rêves pour toutes sortes de prédateurs, patrons profiteurs, faux amis intéressés,  qui les manipulent, sans rien donner en retour. Ces gens  trouvent toujours des patrons qui en font leur confident, leur homme ou femme de confiance, qui ouvrent la journée au magasin à 7 h et ferment à 20 h ; ils ont toutes les clés, gèrent la caisse et le personnel, mais ils sont encore quasi-smicard au bout de 20 ans, en attendant reconnaissance et amour qu’il ne recevront jamais, au lieu de trouver un boulot identique, où  ils sont payés en fonction de leur sérieux, leur loyauté, et leur compétence, c’est-à-dire au moins le double, plus des primes.

Il convient donc pour ce public,  mais aussi pour les autres schémas de blessure, de passer par les initiations que sont les programmes « descendre, la peur », « confiance, éradication de l’auto-destruction ».

C’est le  minimum prérequis, mais  au mieux d’avoir également suivi, ou au moins  commencé, les programmes  « harmonisation du masculin et du féminin » et/ou « de l’enfant blessé à l’enfant de lumière.

Pareillement, il est inutile et malvenu de suivre le programme « sexualité tantrique » si l’on n’a pas suivi les programme descendre, confiance,  et harmonisation du masculin et du féminin.

Comment apprendre à toucher l’autre dans une relation de couple harmonieux, apprendre à jouir de soi et de l’autre, si l’on n’a pas déjà commencé à régler, ou au moins abordé,  la blessure d’une relation à une mère rejetante, ou qui n’a jamais fait de démonstration affective à son enfant en bas-âge, même en le nourrissant ou en le langeant ? Ces manques, ces carences affectives, laissent de très profondes fêlures dans la construction de la personnalité, et dans la relation à autrui, sur le plan social, affectif , et bien sûr intime.